Cet article vise à expliquer le pourquoi du comment, de mon point de vue, évidement. Mais avant, on dit un truc : y en a marre de tous ces cons qui inventent des mots débiles avec phobie à la fin.

Donc, revenons sur le principe : lorsqu’on voit un gros (ou une, mais je vais pas me faire chier à le dire à chaque fois) le premier réflexe, qu’on le veuille on non, c’est : putain qu’c’est moche ! Et oui, on peut être le plus tolérant du monde, le plus ouvert du monde, cela sera toujours la première pensée que l’on aura, même si elle ne dure qu’une demi seconde.

Alors ensuite c’est quoi le problème d’être gros ? Je vais tenter de mettre les choses dans l’ordre. Mais on va garder à l’esprit qu’il n’y a que environ 5% de la population qui sont gros et qui n’y peuvent absolument rien. Vous avez bien lu : 5% seulement, pas plus.

Premier souci : l’esthétique. Et oui, le premier point que l’on soulève avec un gros, c’est l’aspect, l’esthétique, parce que notre société est ainsi faite aujourd’hui, c’est comme ça. Alors c’est nul, c’est superficiel, mais c’est comme ça, il faut l’accepter. Peut-être aussi se battre contre, mais ça va être chaud car cela implique tellement de trucs à faire que pas mal de gens s’y sont cassé les dents.

Deuxième souci : un gros est plus facilement malade qu’un maigre. Et oui, c’est statistique, évident et logique. Du coup, un gros, ça coûte plus cher à la sécu qu’un maigre. Donc il y a un problème économique à être gros. Et me faite pas chier avec des preuves et patati et patata. Google est votre ami comme moi, donc cherchez.

Troisième souci : être gros n’est pas écologique. Ouhalalala, il a fumer le mec, là, non ?
Non, il a pas fumer le gars. Parce que le gros, il est pas devenu gros par l’opération du saint esprit. Y a déjà une pouffiasse qui a réussi à se faire engrosser sans niquer, alors on va pas mettre les gros là dessus. Donc le gros devient gros parce qu’il ne bouge pas son cul, premier point qui est en relation directe avec le deuxième souci. Et le gros devient gros parce qu’il bouffe de la merde. Et oui, la bouffe de merde ça rend gros. Alors on va oublier le couplet : ouin, j’ai pas les moyens. J’ai bouffé au Restos du Cœur pendant une période et j’étais pas gros. Quand on bouffe de la merde on ne prend pas vraiment conscience de l’empreinte carbone de cette bouffe. On ne prend pas conscience de l’impact sur la nature de bouffer des choses qui ne sont pas de saison, ou qui sont importées de l’autre bout du monde ou encore de la fabrication qui est une horreur pour la nature. Les usines, c’est tout pourris, les camions sur les routes aussi.

Bref, j’ai été gros donc j’ai la prétention de savoir de quoi je parle. Et au moment où j’écrit cet article, je suis encore gros. J’avais bien maigri, j’étais beau comme un camion. Et puis la vie, la mise en couple, le suicide, bref plein de truc qui font que ça va mal. Puis on reprend le dessus, on remaigri et redevient beau. Et arrive le cancer et pouf on reprend les 20 kilo de trop.

Oui, je suis très dur dans mon propos, oui c’est pas facile de maigrir quand on a pris du poids, mais il faut surtout pas prendre de mauvaises habitudes au départ. Il faut être raisonnable et jamais excessif. On peut manger du cassoulet, des pizza ou des gratins, mais pas tous les jours. Et on a le droit de faire un poil de sport régulièrement. On est pas des Chabal, mais entre pas bouger son cul en restant au café tous les soirs et faire 18 heures de sport par semaine, y a un juste milieux qui est bon.

Et puis il y a les réflexes écolo sympa : aller chercher son gamin à l’école à pied plutôt qu’en voiture. Aller cherche son pain à la boulangerie, à pied. C’est toujours meilleur que la merde de pain des grandes surfaces.

Mais surtout il faut bannir ce discours de merde : assume toi avec tes rondeurs. Stop les débilos, c’est de la merde en barre ce discours. Il ne faut pas sombrer dans l’anorexie, mais il faut ne pas dépasser certaines limites. Une petite consultation chez le médecin qui va avoir une analyse médicale et scientifique de votre morphologie (ah oui, le truc 10 kilos de moins que les centimètre, c’est de la merde !!!) et qui fera une petite analyse de sang pour vérifier deux ou trois trucs de base (cholestérol, triglycéride, …) avec un œil attentif et un conseil avisé car il vous connait.

Conclusion : arrêter de vous satisfaire de votre aspect et réfléchissez un poil et vous verrez, tout ira mieux.

Laisser un commentaire